Mercredi, 6 février 2019

Le Poble Espanyol rejoint le protocole municipal «Ne nous taisons pas » contre les agressions et le harcèlement sexuel

Mardi 5 février, le Poble Espanyol a signé un accord avec la Mairie de Barcelone pour la mise en œuvre du protocole « Ne nous taisons pas » (« No callamos » en espagnol) contre les agressions et le harcèlement sexuel qui ont lieu dans les espaces privés de loisir nocturne.

Cette initiative de la Mairie de Barcelone est pionnière dans l’État espagnol. Elle a été mise en place en 2018 par le comité des Féminismes et LGTBI afin de répondre aux chiffres alarmants sur la violence machiste enregistrés dans les espaces publics et les établissements de loisir de Catalogne, dans l’objectif de promouvoir les relations libres et sans violence, pour que tout le monde puisse s’amuser et prendre part à la fête.

Suite aux bons résultats obtenus lors de l’essai pilote, la Mairie met à la disposition des nouvelles entités, des salles et des festivals adhérents les outils de formation et de communication nécessaires pour la sensibilisation du personnel, qui pourra les découvrir pour répondre de manière proactive aux attitudes machistes, au harcèlement ou aux agressions.

Ces nouvelles adhésions rejoignent les signataires du protocole qui totalise désormais 40 espaces et festivals de Barcelone, parmi lesquels figurent Palau Sant Jordi, Sant Jordi Club, le Stade Olympique, les festivals Sonar, Primavera Sound, Brunch in the City ou Cruïlla et les salles Apolo, Razzmataz, Bikini, Luz de Gas, Otto Zutz Club, Upload Barcelona or Sutton, entre autres.

Ces mesures seront appliquées aux nouveaux espaces à partir du mois de mai, en prévision de la prochaine saison printemps – été, après la fin de formation des 1.600 travailleurs d’espaces de loisir nocturne.

Outre les instructions et la formation, les salles et les festivals adhérant au protocole s’engagent à adopter une série d’actions de prévention comprenant notamment des mesures de contrôle d’accès, la surveillance des zones sombres ou dissimulées potentiellement vulnérables, et à éviter les activités favorisant l’inégalité des genres. Les résultats seront analysés annuellement afin d’évaluer et d’améliorer l’application du protocole.